Interview TEC 80 KM

Bonjour à tous!

William revient de Suède après avoir couru les 80 kilomètres du Taby Extreme Challenge (TEC). Il a couru les 80 km en 12 heures environ. Voici son ressenti après cette course.

 

Pourquoi avoir participé aux 80 kilomètres en Suède?

 

Cette compétition fait partie de ma préparation des 100 miles (160 km) que je souhaiterais courir l’année prochaine à la même période et sur le même parcours.

 

160 kilomètres en 2020?

 

Actuellement, je ne suis pas prêt à courir un 160 km. Je dois changer mon concept d’entraînement.

 

Quels changements pour y arriver?

 

Je vais courir plus que 3 fois par semaine mais à chaque fois des sorties plus longues. C’est-à-dire entre 3h30 et 4 h par sortie. En fait je dois courir plus lentement mais plus longtemps. N’oublions pas que courir 160 km c’est courir environs 28 heures non-stop.

 

Satisfait de la performance des 80 kilomètres?

 

Oui en prenons compte que c’était une course de préparation. L’organisation  a été parfaite notamment les ravitaillements et le marquage de l’itinéraire, surtout la nuit.

 

As-tu bu et mangé durant la course?

 

J’ai bu 1 litre de Coca Cola et un ½ litre de café sans oublier 3 sachets de Power Gel (gel énergétique). Impossible pour moi de manger du solide durant la course. Ceci pourrait être problématique lors des 100 miles (160 km).

 

Quelques jours de repos après ces 80 kilomètres?

 

Oui! 5 à 6 jours et ensuite je vais m’entraîner avec ce nouveau concept. Je suis planifié à courir les marathons de Zermatt, de la Jungfrau et de New York cette année.

 

Comme vous avez pu le remarquer, les photos manquent. Cela est dû au fait que le téléphone de William ne marchait plus en Suède. Néanmoins, des photos prises par des photographes présents durant la course seront sûrement bientôt disponibles.

 

Publicités

Retour en 2014 Marathon du pôle Nord

Bonjour à tous,

Malgré le fait de ne pas participer à cette course cette année, William vient de recevoir des informations de l’organisateur du marathon du pôle Nord 2019. Effectivement celui-ci a été annulé à cause de tensions politiques entre la Russie et l’Ukraine. Effectivement, les coureurs sont bloqués sur l’île de Spitzberg… Pas de chance!

Justement voici un retour en images sur le marathon 2014 auquel William a participé. Il était arrivé 7e en 6 heures 54 minutes. Une expérience qui restera à jamais gravée dans la mémoire de William.

Le site « Opération Pôle Nord » est toujours disponible ici –> https://operationpolenord.wordpress.com

03
Le campement
The North Pole marathon 2014. No free use!
En pleine course

06.jpg

The North Pole marathon 2014. No free use!
A l’arrivée

TEC 2019

Bonjour à tous!
Suite à l’article de la semaine passée, voilà plus d’informations sur le Taby Extreme Challenge auquel William va participer (80km).

animated-travel-clipart-14

Tout d’abord, William partira pour Stockholm le jeudi 25 avril 2019. La course aura lieu le samedi 27 avril 2019 au Nord de Stockholm (Tälby) à 10h du matin. D’après William, la durée de la course sera entre 12h et 13h non-stop. Le ravitaillement sera prévu chaque 10km et comme d’habitude le Coca Cola sera le choix de William pour se ravitailler. Il prendra également, chaque heure, du « Power Gel », pour avoir un peu plus d’énergie durant la course.
Le retour en Suisse est prévu pour le mardi 30 avril à 14h.
8r02r7kgu0mx8a3u5wow82o0ha7hczl
Le TEC (image de stockholmdirekt.se)
Afin de connaître l’objectif de William pour cette course de 80km, je vous invite à lire cet article:  Taby Extreme Challenge 2019
A bientôt,
Mélissa

Taby Extreme Challenge 2019

12322476_195573610782803_3593760237364230650_o
Taby Extreme Challenge (photo du Facebook)

Bonjour à tous, après  quelques semaines sans nouvelles.

Tout d’abord, un grand projet est en cours (de nombreux aperçus sont disponibles sur Instagram). Puis, nous comptons les jours jusqu’à la prochaine course de William: 50 miles, 80 km, en Suède. William participe au Taby Extreme Challenge, ou TEC. La course de 80 km aura lieu fin avril.

Cette course sert de repérage pour William qui compte participer au TEC en 2020 mais pour les 100 miles (160 km). En courant cette année les 80 km du TEC, William peut ainsi se rendre compte du climat, des ravitaillements et aussi du terrain. Ce dernier aspect est crucial afin de savoir quelles chaussures de course utiliser; chaussures à profil ou pas. En effet, William utilise les New Balance 1080 Fresh Foam pour les courses sur route (donc sans profil) et les Salomon Speedcross pour les courses de montagne.

5b44bec923814
New Balance 1080 Fresh Foam
Salomon-Speedcross-4-Review
Salomon Speedcross

 

Voici donc le prochain défi de William. D’autres informations seront prochainement postées sur le blog et les réseaux sociaux. Merci du soutien!

– Mélissa

Objectifs 2019 – 2020

Bonjour à tous,

On espère que la période des fêtes s’est bien déroulée et vous souhaitons une bonne année 2019!

Pour William, il est temps de vous donner tous ses objectifs pour 2019 et également un objectif principal pour 2020. En effet toutes les courses se déroulant cette année seront des courses de préparation. L’objectif final et principal étant de courir un 100 miles (160 kilomètres) non-stop en avril 2020 en Suède.

Afin de bien se préparer à ce nouveau type de course, de nombreuses compétitions sont prévues.

Avril

50 miles (80 kilomètres) – Suède

Juillet

Marathon de Zermatt (9e participation) – Suisse

Septembre

Marathon de la Jungfrau (10e participation) – Suisse

Novembre

Marathon de New- York – USA

Voici donc les projets de cette année. Comme d’habitude, vous pourrez suivre tout cela sur le blog mais également sur les réseaux sociaux.

-Mélissa

Message de fin d’année

Bonjour à tous,

Nous voilà bientôt à la fin de l’année 2018 ! Il est grand temps d’évaluer cette année du point de vue sportif.

Tout d’abord, aucune blessure n’a été décelée durant ces longs mois d’entraînements et de compétitions ce qui prouve bien que l’approche de ne pas agresser le corps est optimale (65% à l’entraînement et 80 % en compétition de ma capacité physique).

Les trois marathons courus (Milan / Zermatt et Jungfrau ) furent bouclés selon la planification alors que les 107 kilomètres des Annapurnas me laissent encore sur ma faim.

L’année 2019 va être exclusivement consacrée à la préparation d’un nouveau défi planifié en 2020. Vous recevrez tous les détails en janvier 2019. Mais croyez-moi ! Nous allons visiter un nouvel univers inconnu pour moi….

Je profite de remercier ici ma famille, mes proches, mes amis et connaissances  pour toutes les attentions portées via les réseaux sociaux. Naturellement, un grand merci à mes sponsors qui sans leurs précieux appuis il m’aurait été difficile d’accomplir ces voyages. Enfin un immense « hug » (câlin) à Mélissa pour sa patience et son aide dans la communication !

Tout en me réjouissant de vous revoir l’année prochaines, je vous souhaite à tous de très belles fêtes et une Nouvelle Année remplie de Joie et de Bonheur.

William

Annapurna 100 2018, par William

Depuis Pokhara (180 km de Kathmandu), je vous livre mes impressions « à chaud » de cette course.

Tout d’abord, je prends l’opportunité à travers cet article de remercier infiniment ma famille, mes amis et bien entendu les sponsors.

Il est 4h du matin ce 27 octobre 2018. Le départ est donné dans la nuit profonde, seules les lumieres frontales des coureurs illuminent le chemin. Je suis confiant et pour la première fois de ma carrière de coureur (40 ans) je suis obligé de porter un sac de survie avec notamment 1 litre de liquide (pour moi, c’est du Coca Cola), une couverture de survie et des habits de rechange. J’ai vite compris la raison de cette obligation par la direction de la course.

L’itinéraire a été modifié cette année pour augmenter la difficulté: 106 km pour 6500 de dénivellation dont deux cols à passer à plus de 3500 mètres ! Après 20 km de course, les premières difficultés apparaissent non pas par le dénivelé mais par le terrain rempli de petits rochers, d’escaliers en pierre et même des traversées de cours d’eau.

 

 

Typiquement un paradis pour les coureurs népalais ! Une nouvelle experience pour moi qui préfère des terrains non accidentés.

J’atteins le premier col à 3500 m d’altitude après plusieurs heures à me battre avec le terrain qui n’est vraiment pas ma « tasse de thé ». Arrivé au col, la vue est splendide sur les Annapurnas (chaînes himalayennes). Après une courte pause pour me ravitailler et remplir mes deux gourdes. Nous sommes au 30 ème km. Je me sens bien et me voilà prêt pour la descente d’environ 10 km. Grande désillusion! Je pensais a une agréable descente comme nous en connaissons dans nos courses de montagne en Suisse (je pense notamment à Sierre-Zinal, la descente depuis le Weisshorn sur Zinal). Ce fut un vrai calvaire pour moi qui ne suis pas népalais! Une descente dans sa première partie à travers champs dont la mousson a laissé des ornières profondes puis, c’est une pente raide à travers la forêt (jungle en terme népalais). Mon corps est crispé, mon cerveau (ma tour de contrôle) m’ordonne de me concentrer sur chaque obstacle. Je tombe une dizaine de fois mais heureusement sans mal. Le temps file. Voilà 12 heures que je suis parti. Il n’y a personne, ni locaux, ni coureurs. J’ai vraiment peur de me faire mal en tombant. Je ralentis encore l’allure…

Après plusieures heures de descente me voilà à traverser un village népalais. Je prends le temps de lancer « namaste » et de faire une photo d’enfants .

village

A vrai dire, je sais que je viens de perdre au moins deux heures dans cette sacrée descente. Je traverse un pont suspendu et me voilà à l’assault d’un raidillon à me couper le souffle. Deux enfants m’approchent en souriant. Je m’arrête et sors de mon sac une barre chocolatée que je leur offre. Ils sont contents. Ils vont avoir de l’énergie! C’est en fait une barre énergétique… Il est maintenant 18 heures et je dois enclencher ma lampe frontale car la nuit tombe. Arrivé au « Check Point  » , je me dis que je vais me ravitailler avant d’attaquer le 2ème col à plus de 3000 mètres d’altitude et les 50 km qui me restaient à parcourir. Je me sens bien et suis prêt mentalement à continuer le temps qu’il faut pour terminer la course (14h ou plus cela m’était égal) La seule préoccupation qui me hante est de me perdre dans la nuit ou de me blesser.

ravitaillement
William au ravitaillement des 20km

Arrivé donc au Check Point, je suis étonné de voir d’autres coureurs plus rapide que moi dans la descente assis au coin d’un feu. Je comprends très vite la situation! La direction de la course a décidé de bloquer la course à la plupart des coureurs car la montée au col et surtout la descente étaient trop dangereuses de nuit.

Je suis dans un premier temps contrarié. Moi qui était prêt pour tenir des heures et des heures…. Me voilà stoppé dans mon élan. Des heures d’entraînement s’envolent en quelques secondes. Mais je comprends très vite que la décision d’arrêter la course était une sage décision (seul 20 % des coureurs ont terminé la course). Je n’ai pas le recul suffisant pour une appréciation de ma course mais je peux dire que cela a été la course la plus difficile techniquement à laquelle j’ai participé en 40 ans de carrière sportive!!

Chers lecteurs, chères lectrices, si vous êtes intéressés par Annapurna 100, n’hésitez pas à me contacter. Je vous donnerai volontiers des informations complémentaires! Entre temps, je vous remercie de votre soutien.

William

Coup de théâtre aux 106km d’Annapurna

Après 15 heures de course dans des conditions extrêmement difficiles (voir les photos du terrain emprunté par les coureurs) le directeur de la course a décidé de bloquer le gros du peloton dont faisait partie William.

La nuit tombante sur un parcours techniquement exigeant compromettait la sécurité des coureurs qui devaient encore passer un col. William est bien entendu déçu mais comprend très bien la décision du directeur de course. Il gardera un magnifique souvenir de ses traversées de villages népalais et des montagnes majestueuses des Annapurnas.

parcours
Parcours très exigeant

WhatsApp Image 2018-10-27 at 20.41.15

rivière
Une dizaine de rivières à traverser…
ravitaillement
William au ravitaillement des 20km
souvenir
Souvenir à 3500 m d’altitude

Un grand merci d’avoir soutenu William pour cette course atypique, dans les chaînes himalayennes. A bientôt pour un article bien plus détaillé.

-Mélissa

Résumé de la semaine en images

William a quitté la Suisse samedi dernier pour se rendre à New Delhi suivi de Katmandou, puis Pokhara et enfin Dhampus.

 

NEW DELHI

La porte de l'inde
Porte de l’Inde

IMG_3429

KATMANDOU

IMG_3441
Katmandou = Capitale du Népal
IMG_3487
L’aéroport (départ pour Pokhara)

IMG_3442

POKHARA

IMG_3525
Dernier jour de repos avant la grand aventure!

IMG_3530

 

Aéroport
Aéroport de Pokhara

Dhampus

WhatsApp Image 2018-10-26 at 12.25.10
Les 106 km, c’est cette nuit à 1 heure du matin (heure suisse)!

 

dossard
Le dossard

 

 

  • Le voyage s’est très bien déroulé et la valise a surtout suivi!
  • William a dû se munir de bâtons, car les organisateurs de la course recommandent l’usage de bâtons lors des passages difficiles des 106 kilomètres.
  • A Dhampus, premier contact avec les autres coureurs. La plupart sont inscrits pour les 50 kilomètres d’Annapurna et le reste pour les 106 kilomètres…
  • La tension monte pour William, départ à 1 heure du matin (heure suisse) le 27 octobre 2018!

 

Afin de suivre les images et informations en direct, je vous invite à suivre William sur les réseaux sociaux:

Facebook

Twitter

Instagram

Bonne chance William et un grand MERCI à vous, qui le soutenez!

 

Mélissa

 

Annapurna 100 en quelques mots

Photo du site Annapurna 100
Photo venant du site Annapurna 100

DEPART

Samedi 27 octobre 2018 à 3 heures du matin.

ITINERAIRE

Genève –> Zürich –> New Dehli (Inde) –> Katmandu (Népal) –> Pokkora(Népal) –> Dhampus (Annapurna-Népal)

PROFIL

Photo du site Annapurna 100
Figure venant du site Annapurna 100

 

  • 106 kilomètres non-stop avec 6’500 mètres de dénivellation positive.
  • Altitude moyenne: 3’500 mètres.
  • Sentiers de montagne dans les chaînes himalayennes.

Annapurna 100
Photo venant du site Annapurna 100

CONCURRENTS

Une cinquantaine de concurrents de 20 nationalités différentes. William sera le seul à représenter la Suisse.

DEFIS

  • La nuit (30% de la course)
  • L’altitude
  • La nourriture

OBJECTIF

Courir les 106 kilomètres en dessous de 20 heures.

 

Suivez William sur les réseaux sociaux afin d’avoir accès à des photos en direct de l’expérience au Népal: Facebook  Instagram