Objectif: 100 kilomètres dans des conditions difficiles

montage papa
Pôle Nord 2014 et désert d’Atacama 2017

Après une longue absence, je vous partage un mot de William concernant sa situation côté sport en ce moment ainsi que son objectif de cette année.

Bonjour !
Voilà un mois que j’ai recommencé l’entraînement spécifique. Cette année, nous aurons un objectif : courir un 100 kilomètres dans des conditions difficiles. Le nom, le lieu et la date de cette épreuve vous seront dévoilés très prochainement.
Salutations sportives,
William

On vous donne rendez-vous bientôt sur le site et Facebook!
– Mélissa, attachée de presse

Grand Slam REUSSI! 

20171116_143651
Comme vous le savez, si vous suivez William sur Facebook, le marathon dans le désert d’Atacama s’est déroulé hier. Cette course était la dernière afin de pouvoir entrer dans le club (très restreint!) des coureurs qui ont couru au minimum un marathon sur le sept continents ainsi que le pôle Nord.
Le but étant le Grand Slam, William a préféré ne pas prendre de risques sur un terrain qui s’est avéré être très difficile (le sable, les cailloux etc.) ainsi qu’un dénivelé typique des marathons de montagne.
William a surtout souffert de l’altitude. En effet le départ du marathon était à 4500m! Il a terminé comme il le désirait mais avec de grandes difficultés. Notons d’ailleurs que William était le doyen de cette course (63 ans).
Je vous tiendrai au courant du classement officiel (William devrait se trouver au milieu du peloton) et il répondra à quelques unes de mes questions concernant la course afin d’avoir plus de détails. Cet article sera probablement posté entre ce weekend et la semaine prochaine. Si vous avez une question en particulier n’hésitez pas à envoyer un message sur Facebook ou directement ici.
Merci encore de votre soutien!
Mélissa
20171116_143654

Interview avant marathon Atacama

Volcano.jpg

Bonjour William!

A quelques jours de ton départ, j’ai quelques questions à te poser sur ta prochaine course dans le désert d’Atacama, un marathon (42km) qui aura lieu le 16 novembre 2017 :

Peux – tu me décrire les grandes phases de ta préparation en vue de ce marathon ?

L’entraînement a commencé en janvier avec trois marathons de préparation. En mars, le marathon sur le lac gelé de Baïkal en Sibérie, en juillet le marathon de Zermatt et en septembre le marathon de la Jungfrau.

Quels ont été les défis à surmonter durant ta préparation pour le marathon désertique le plus haut du monde?

Il s’agit pendant pratiquement 11 mois de se préparer pour être prêt physiquement et mentalement le 16 novembre, le jour de la course, Il ne s’agit pas d’être prêt avant ni après cette date. C’est en fait un doux dosage de l’intensité de l’entraînement qui s’acquiert avec l’expérience.

Quelles sont les différences entre un marathon de ville, comme celui de New York qui se déroule aujourd’hui et le marathon d’Atacama ?

Il y a de grandes différences. Tour d’abord, le climat désertique et l’altitude (4’500 mètres) rendent plus difficile pour l’organisme les 42 km à parcourir. Puis, le terrain formé de terre, de cailloux et de sable exige des changements de rythme fréquents.

Enfin, la solitude du coureur (20 coureurs au départ) qui contraste avec le million de spectateurs à New York et les 50’000 coureurs !

Est-ce la première fois que tu cours en Amérique du sud?

Cela sera la première fois pour moi de courir un marathon en Amérique du Sud mais j’ai déjà couru un semi-marathon à Punta Arena, (sud du Chili) l’année passée.

Quel est ton objectif pour ce marathon d’Atacama ?

Le principal objectif est de terminer la course car cela me permettra d’intégrer le Club du Grand Slam qui est composé actuellement d’une centaine de coureurs ayant couru au minimum un marathon sur les 7 continents + le Pôle Nord.

 

 

– Mélissa, attachée de presse.

 

Atacama marathon, mot de William

Volcano  1.jpg

Bonjour à tous,
Le départ pour le Chili s’approche ( 10 novembre 2017 ). Malgré une semaine compliquée perturbée par des douleurs dans le dos, je suis prêt physiquement et mentalement à affronter le désert d’Atacama ! Ces prochains jours seront consacrés principalement à la récupération et à la préparation du matériel. J’ai parcouru les profils des autres participants (20) de ce marathon; certains ont des parcours impressionnants (voir sur le Facebook pour la liste des participants).
Bonne journée à tous et à bientôt.
William

Marathon désertique le plus haut du monde : Marathon d’Atacama (Chili)

Le 16 novembre 2017 a lieu le marathon désertique le plus haut du monde dans le désert d’Atacama au Chili. Comme vous le savez déjà, William participe à cette course et s’entraîne en vue de ce nouveau défi.

Ce marathon désertique débutera à une altitude de 4’475 mètres près du Tropique du Capricorne et à côté du Volcan Lascar dans le désert d’Atacama au Chili. La majorité de la course se déroulera au-dessus de 4’000 mètres d’altitude. La température se situe aux alentours de 30 degrés Celsius.

CHI_ATA_Atacama_Map

Le désert d’Atacama est un plateau en Amérique du Sud long de 1000 kilomètres situé sur la côte chilienne du pacifique. Ce désert est composé de lacs salés, de sable et de volcans.

Le désert d’Atacama est connu comme la zone la plus sèche du monde et certains aspects de son terrain peuvent être comparés à la planète Mars.

The-Volcano-Marathon-2

 

Mélissa, attachée de presse.