Annapurna 100 en quelques mots

Photo du site Annapurna 100
Photo venant du site Annapurna 100

DEPART

Samedi 27 octobre 2018 à 3 heures du matin.

ITINERAIRE

Genève –> Zürich –> New Dehli (Inde) –> Katmandu (Népal) –> Pokkora(Népal) –> Dhampus (Annapurna-Népal)

PROFIL

Photo du site Annapurna 100
Figure venant du site Annapurna 100

 

  • 106 kilomètres non-stop avec 6’500 mètres de dénivellation positive.
  • Altitude moyenne: 3’500 mètres.
  • Sentiers de montagne dans les chaînes himalayennes.

Annapurna 100
Photo venant du site Annapurna 100

CONCURRENTS

Une cinquantaine de concurrents de 20 nationalités différentes. William sera le seul à représenter la Suisse.

DEFIS

  • La nuit (30% de la course)
  • L’altitude
  • La nourriture

OBJECTIF

Courir les 106 kilomètres en dessous de 20 heures.

 

Suivez William sur les réseaux sociaux afin d’avoir accès à des photos en direct de l’expérience au Népal: Facebook  Instagram

 


 

Publicités

Marathon de Zermatt (07.07.2018) L’exemple à ne pas suivre

Après avoir couru le marathon de Zermatt pour la 8ème fois et dans des conditions inédites, William relate son expérience et les leçons tirées de celle-ci:

Je prends la plume électronique pour d’abord vous remercier de votre intérêt via les réseaux sociaux de la grande aventure « opération marathons planétaires ».

Le marathon alpin de Zermatt que je viens de terminer pour la 8ème fois a été très particulier pour moi cette année. En effet, j’ai couru les 42kilomètres avec une angine. Angine signifie des voies respiratoires obstruées et enflammées !

Le doute

Z 3

Arrivé à Zermatt le vendredi, soit un jour avant le départ de la course, je ne suis pas très optimiste sur ma participation. De toute façon, je vais attendre le samedi matin pour prendre une décision tout en espérant que la nuit ne sera pas trop perturbée.

Le départ

Z 4

Il est 5 heures du matin ce samedi 7 juillet. Le ciel est bleu ce qui présage un temps chaud qui n’est par un avantage lorsque l’on est malade. La nuit a été plutôt calme et reposante. Il me reste que quelques heures avant le départ pour une course qui va durer entre 5h30 et 6h30. Malgré cette sacrée toux, je me sens pas trop mal. Ma décision tombe durant le petit déjeuner : je vais aller sur la ligne de départ.

Me voilà à quelques minutes du départ de ces 42 kilomètres (il est 08h30). Pour les connaisseurs de la région, nous partons de St Niklaus (1118 m), vers le 21ème kilomètre nous traversons le magnifique village de Zermatt (1’616 m) pour attaquer ensuite la montée en direction du Riffelberg à 2’585 m.

Je suis incapable de savoir comment va réagir mon corps. C’est la première fois en 40 ans que je suis malade avant une course ! Je décide donc de courir à un rythme que je connais bien : celui d’un 100 kilomètres c’est-à-dire entre 7 et 8 km/h. Mon objectif est de ne pas entamer les réserves trop vite.

Le déroulement

Z 1

Au semi-marathon , je suis comme une cocotte minute ! J’ai la gorge en feu et dois m’asperger d’eau à chaque ravitaillement mais je tiens. Les grandes difficultés du dénivelé entre le 22ème et le 30 ème kilomètre sont avalées sans problème mis à part mon rythme bien trop lent pour un marathon.

Il est 14 heures, le soleil tape sur un corps qui court depuis plus de 5 heures. La respiration est toujours aussi difficile et la soif ne me lâche plus. Je suis tel un pompier n’arrivant pas à éteindre un feu. Heureusement, l’organisation de ce marathon est exemplaire. J’ai de l’eau pratiquement à chaque 4 kilomètres !

Il ne me reste plus que quelques kilomètres mais avec une inclinaison frôlant les 20 %. Je tiens le coup et je ne faiblis pas à ma grande stupeur. Vers 15 heures, je passe la ligne d’arrivée pour la 8ème fois !

Le dénouement

Z2

Je suis conscient que le risque était trop grand. Prendre le départ d’une course aussi éprouvante que le marathon de Zermatt sans être en bonne santé est une bêtise qui peut coûter très cher : soit pendant la course ou soit même après.

C’est seulement grâce à l’expérience acquise au fil de toutes ces années, que j’ai pu contrôler mes efforts tout au long du parcours et éviter la défaillance.

Le prochain rendez-vous est fixé au 8 septembre 2018 avec le marathon de la Jungfrau qui est également le dernier test avant la grande aventure dans l’Himalaya programmée pour le 27 octobre 2018 (106 kilomètres avec 6’500 mètres de dénivellation).

A bientôt et reste à votre écoute,

William

 

 

2000px-Instagram_logo_2016.svg Suivez le nouvel Instagram de William pour avoir accès à de nombreuses photos et vidéos en cliquant ici.

email-logoVoici également le nouvel email pour contacter William ou si vous avez une demande/question par rapport au site internet: operationmarathonsplanetaires@outlook.com

 

 

Rapport annuel des Ecoles de circulation et transport 47, Drognens/Romont

Ce vendredi 8 septembre 2017, William a présenté devant environ 100 personnes ses experiences des pôles à la caserne de Drognens. De nombreuses questions ont suivi sa conference ce qui permet d’affirmer le succès de cet évènement.

 

DSC_9304DSC_9308DSC_9317DSC_9326DSC_9331

 

  • Mélissa

Expérience Marathon Lac Baïkal (07/03/17)

William vient de terminer le marathon à l’heure à laquelle j’écris cet article. Une expérience positive et un paysage à couper le souffle voilà les points à retenir de cette expérience en Sibérie sur le lac gelé Baïkal. Un grand merci pour votre soutien sur le Facebook et les réseaux sociaux en général!!

Voici l’expérience de William racontée par lui-même:

« Un marathon magnifique avec un temps radieux et un ciel bleu. L’organisation était parfaite et ce fut un plaisir de courir sur le lac Baïkal complètement gelé. J’ai trouvé trois « lièvres » Français avec qui j’ai couru durant 30km. Ce fut très sympa. Les 10 derniers kilomètres ont été assez éprouvants car il fallait éviter quelques congères. Le terrain était meilleur qu’au Pôle Nord. Il ressemblait énormément à celui de l’Antarctique. Je dois être classé dans le gros du peloton donc mission réussie pour le premier marathon de l’année. »

Et voici quelques photos prises ce matin:

 

20170307_040351

20170307_040536
Avant le marathon

20170307_04042220170307_040911

20170307_040921
Paysage Sibérien

Préparation de la team Japonaise

20170307_044457
Avant le marathon avec un Français. la tension monte!

IMG_1600

20170307_054445
Hovercrafts pour la logistique du marathon
20170307_054005
Début des 42 km
IMG_1083(1) Baikal.jpg
 Arrivée de William après 42 km et 195 mètres
IMG_0709(1) Baikal.jpg
Parcours du marathon
IMG_7116 Baikal .JPG
William bien callé derrière les français au 28ème kilomètre
IMG_6551 Baikal.JPG
En pleine concentration
IMG_6269 Baikal.JPG
les Hovercrafts en action

IMG_6282 Baikal.JPGIMG_6285 Baikal.JPG

  • Mélissa, attachée de presse

Michael Wardian and the World Marathon Challenge + End of English on Site

capture-decran-2017-02-16-a-16-03-12

Before underlining the wonderful performance by Michael Wardian, we inform you that the website will not be updated in english anymore. In fact, as you can see on the sidebar (on the right) you are now able to translate the articles (« sélectionner une langue » in french) as well as the website page in any language you want. It is from Google translate so some terms might be wrong but don’t hesitate to ask for some clarification in case it is hard to understand.
Thank you for your support and we hope you understand our decision.

-Mélissa, editor.

big_sur_marathon_2014-2

Michael Wardian (a great guy from the US I ran the North Pole Marathon with in 2014) just won the World Marathon Challenge. The goal is to run seven marathons in seven days and on seven continents (which means 295,365 kilometers).

He ran all seven marathons in less than three hours (approx. 2h45min).

Congratulations Michael and see you soon I hope!

William

 

22/01/2016

12654611_1067647023277952_5055913586119970754_n[1]

William just returned from the South Pole after running the 100k race. He is now in Punta Arenas and recovering from the race. But since the *World Marathon Challenge took place in Punta Arenas on the 22nd, William was asked to run with a marathon runner from Singapore, Phing Ong. William ran the last 15k with him to act as we say in french as a »lièvre » meaning he pushed the marathon runner till the end of the race by running with him. A lièvre is in fact an experimented runner who helps another runner by running with him for a certain amount of kilometers. Mostly, to push him and motivate him.

Therefore, we are glad to say that William ran 115k in two days!

*The World Marathon Challenge is a challenge representing 7 marathons, taking place on 7 continents and done in 7 days.

 

-Mélissa Gargiullo, press officer

Dernières nouvelles

IMG_0075

Pully le 1er août 2015

 

Bonjour à tous,

Aujourd’hui Fête Nationale Suisse, nous revenons de trois semaines de « récupération ». Ces trois semaines se sont passées en terre jordanienne. La planification de cette période était axée sur un entraînement journalier de musculation et quelques séances légères de course à pied (1heure chaque deux jours). Pour ce qui concerne la musculation, nous avons été gâtés par les conseils d’un coach Kényan qui, nous l’avouons, nous a fait extrêmement souffrir (souffrance positive). Des séances journalières de 45 minutes qui vont rester gravées dans nos mémoires !

IMG_0052

 

IMG_0059

 

IMG_0071

 

J’ai eu l’occasion de lire trois livres pendant ces trois semaines que je vous recommande :

Sauvage par Nature de Sarah Marquis – Michel Lafon – 261 pages – 2014

1000 jours et 1000 nuits : Sarah Marquis a traversé à pied et seule tout le continent austral. …

 

Eat and Run (Manger pour gagner) de Scott Jurek – Editions Guérin – 315 pages – 2015

Depuis près de vingt ans, Scott Jurek domine de toute sa classe le monde exigeant et en pleine expansion de l’ultramarathon…………….Il a couru notamment le « Badwater Ultramarathon » – Vallée de la mort – (217 km) et « le Spartathlon » (245, 3 km) !

 

Persévérer de Jean – Louis Etienne – Paulsen – 212 pages – 2015

On ne repousse pas ses limites, on les découvre. En 1986, Jean –Louis Etienne à marcher soixante-trois jours, seul sur la banquise, pour atteindre le pôle Nord……

 

Quelques mots sur l’entraînement des prochains mois. Tout d’abord, nous allons nous concentrer uniquement sur les 100 km les plus froids du monde qui auront lieu, comme vous le savez, en fin janvier 2016. Cela nous laisse donc 5 mois de préparation spécifique. Nous ne voulons pas entrer dans les détails mais simplement vous informez des grands axes d’entraînement :

Août 2015 :

  • trois entraînements par semaine entre 2heures et 2 heures 30 par séance
  • Un entraînement de steps de 2 heures
  • Un à deux entraînements de musculation (1 heure par séance)

 

Septembre 2015 :

  • Marathon de la Jungfrau et entraînement identique à celui du mois d’août 2015

Octobre 2015 et Novembre 2015 :

  • trois entraînements par semaine de 3 heures et plus par séance
  • Un entraînement de steps de 2heures à 2heures 30
  • Un entraînement de musculation (1 heure)

Décembre 2015 :

  • entraînement dans des conditions hivernales et tests du matériel

 

Nous vous tiendrons au courant des diverses étapes qui nous amènerons au Pôle Sud. Bien entendu, nous restons volontiers à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Interview de William (Marathon de Zermatt/championnat du monde de course de montagne 2015)

William a terminé le marathon de Zermatt qui cette année était également le championnat du monde de course de montagne. Malgré la chaleur (il a presque fait 40 degrés samedi dernier!), William a réussi a atteindre l’arrivée. Malgré un chronomètre légèrement décevant, il a tout de même réussi à faire partie des 30 premiers, ce qui était son objectif!
Voici une interview de son expérience par rapport au marathon de cette année.

zermatt - 2015 - 5

1) Comment s’est déroulé la course malgré la chaleur? Es-tu heureux de ton temps et de ton classement?

Comme prévu, j’ai couru les 20 premiers km à 70 % de mes capacités physiques mais dès le 22ème km il n’était plus possible pour moi de courir dans les montées. Il ne s’agissait pas d’une défaillance mais simplement que la chaleur avait transformé mon corps en une bouilloire ! Mon temps est supérieur de 35 minutes par rapport à l’année passée mais mon classement est honorable finissant dans le peloton.

2) Est-ce que tu t’es ravitaillé?

A chaque 5 km, je buvais en principe du Coca-Cola et refroidissait ma tête et ma nuque avec de l’eau.

3) Il a fait presque 40 degrés durant cette course, quel est ton conseil pour souffrir le moins possible?

Courir lentement ( 70 % de ses capacités) et se ravitailler en liquide et se refroidir la tête et la nuque notamment.

Zermatt 2015

4) Comment est-ce que tu récuperes après un marathon tel que celui-ci?

Après la course, un massage d’une heure par un masseur sportif a été le bienvenu. Ensuite, une récupération d’un mois est nécessaire en pratiquant du vélo, de la nage et de la musculation (peu de course à pied).

5) Est-ce la première fois que tu coures cette course?

C’est ma 5ème édition mais la 1ère fois dans le cadre du championnat du monde de course de longue distance.

zermatt 2015 - 11

6) Comment est-ce que tu t’es préparé pour ce marathon?

Aucune préparation spécifique pour ce marathon de montagne excepté des séances plus longues sur les steps. L’entraînement standard est celui que je décris dans le site web.

7) Est-ce que tu participeras à cette épreuve l’année prochaine? Si oui, la préparation sera-t-elle différente?

Oui je participerai à cette course qui est magnifique (paysage extraordinaire avec le Cervin). Je ne peux pas encore dire si ma préparation sera différente car il faudra voir comment je vais digérer les 100km les plus froids du monde en janvier 2016 ( Pôle sud)

8) Enfin, quelle est ta prochaine course?

Il s’agira du marathon de la Jungfrau en septembre de cette année.

Zermatt 2015 - 2

Questions par Mélissa Gargiullo