Interview après Atacama

20171117_220707
Comme vous avez pu le voir sur Facebook et ici sur le blog, William a terminé le marathon dans le désert d’Atacama malgré quelques difficultés durant la course.
Voici quelques questions auxquelles il a répondu afin de vous donner plus d’informations sur le marathon désertique le plus haut du monde et l’expérience de William.
1) William, pourquoi as-tu choisi le marathon d’Atacama comme objectif principal 2017 ?
Tout d’abord j’apprécie l’organisation professionnelle de Richard Donovan avec laquelle j’ai aussi participé au marathon du pôle Nord et aux 100 kilomètres au pôle Sud. Ensuite, il fallait que je cours en Amérique latine pour intégrer le Club du Grand Slam.
2) Le marathon d’Atacama est le marathon désertique le plus haut du monde avec un départ à 4500 mètres, peux-tu nous décrire le paysage?
Tu es sur une autre planète lorsque tu es dans le désert d’Atacama. Durant les 42 kilomètres,  le sable, les cailloux et les ronces sont omniprésents. Tu ne vois pratiquement personne. Tu es seul avec toi même ! Tu es entouré de volcans…
20171115_012921
20171115_153608
3) Connaissais-tu les participants (20 au départ)?
Oui quelques uns. Ce sont des participants avec une philosophie sportive hors norme.
4) Parlons maintenant de ta course, es-tu satisfait de ton 8ème rang ?
L’objectif etait de terminer. Mission donc remplie mais dans la difficulté. J’avais décidé de ne pas courir plus vite que 80 % de mes capacités. Malgré cela vers le 35ème kilomètre, j’ai commencé a tituber et ne pouvais plus contrôler mes jambes. Je n’ai pas compris sur le moment le pourquoi de cette situation que je n’avais jamais connue depuis que je cours. En fait il me manquait du glucose (sucre) mais cela, je l’ai su apres la course seulement. Les 7 derniers kilomètres ont été très difficiles. Je suis très content et aussi chanceux d’avoir terminé ce matathon. Le classement n’était pas ma priorité.
20171114_230800
Richard Donavan, l’organisateur de la course
20171115_155147
Quelques participants avant le départ
5) Tu viens d’intégrer le  Club du Grand Slam qui, rapellons-le, est un club comprenant une centaine de coureurs du monde entier ayant couru en compétition officielle une distance minimum d’un marathon (42 km) sur les 7 continents + sur le pôle Nord. Quelles ont été tes competitions qui ont été retenues pour ce club?
Avec plaisir:
LES 7 CONTINENTS;
AFRIQUE
coupe du monde de super-marathon (43 km)
AMERIQUE DU NORD
Marathon de Boston
L’un des 5 plus grands marathons du monde
AMERIQUE DU SUD
Marathon d’Atacama (Volcano marathon)
Le marathon désertique le plus haut du monde (4500 m d’altitude)
ANTARCTIC
Les 100 kilomètres les plus froids du monde au Pole Sud ( – 23 degrés)
ASIE
Marathon de l’Everest
Le marathon le plus haut du monde (5400 mètres au départ du camp de base)
EUROPE
100 kilomètres de Bienne ( 20 participations )
OCEANIE
Marathon de Melbourne
Marathon le plus grand d’Australie.
ET
POLE NORD (qui est une banquise non un continent)
Marathon le plus froid du monde ( – 32 degrés )
6) Pour terminer, quelques mots sur tes projets ?
Tout d’abord prendre le temps nécessaire pour la récupération et en 2018 mon objectif sera a nouveau de sortir de ma zone de comfort en courant un 100 kilomètres dans des conditions extrêmes.

Merci à William d’avoir répondu à cet interview. Et merci également à vous tous, lecteurs de Opération Marathons Planétaires

– Mélissa, attachée de presse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s