Marathon de Zermatt – 9ème participation – Un bilan mitigé!

Bonsoir à tous.

Après une longue absence sur le blog (suivez William sur les réseaux sociaux, pour avoir des informations et photos exclusives!)

Le marathon de Zermatt de cette année était une course de préparation en vue des 160 km (Täby Extreme Challenge / Suède – avril 2020). Ce fut la 9ème participation de William.

Voici un petit texte de William:

Partant de la plus profonde vallée de Suisse à St. Niklaus pour atteindre l’arrivée au Riffelberg sur le Gornergrat à 2585 m, le Marathon de Zermatt est l‘une des courses alpines les plus exigeantes d’Europe avec ses 2’000 mètres de dénivellation.

 

20 premiers kilomètres

Les 20 premiers kilomètres conduisent les coureurs de St. Niklaus à Zermatt. Je n’ai pas eu trop de difficultés à passer au semi-marathon.

Dans la vallée de St.Niklaus (10ème kilomètre)

22 derniers kilomètres 

Dès le 24ème kilomètre,  le parcours vient de plus en plus exigeant avec son tracé raide et sinueux. Des signes que je connais bien (1x chaque deux ans) m’alarment: manque d’énergie, estomac noué et nausées.

Traversée de Zermatt (21ème kilomètre )

 

Jusqu’au 35ème kilomètre, je rejette tout le liquide que j’avais bu lors de la première partie de la course y compris une partie de mon petit déjeuner ! Je suis contraint de ralentir l’allure et même m’arrêter à plusieurs reprises. Je dois en fait laisser mon corps récupérer mais cela prend toujours 1 à 2 heures avant d’avoir à nouveau assez de force pour reprendre son allure de base. J’ai perdu beaucoup de temps mais dès le 39ème kilomètre cela va mieux. Le corps a récupéré. Le but n’est plus très loin. Cependant, il y a encore 400 m de dénivellation à franchir avant d’atteindre l’arrivée au Riffelberg sur le Gornergrat à 2585 m.

Au 35ème kilomètre

Je passe l’arrivée sous les yeux de vingt-neuf sommets de plus de 4’000 mètres avec plus de 30 minutes de retard sur mon plan de course. Malgré cette mésaventure, je me sens bien à l’arrivée et la récupération est très rapide. Cela me laisse penser que ma préparation physique est sur la bonne voie. Bien sûr, il faut être réaliste : il y a encore beaucoup de travail avant la course des 160 km !

Arrivée à Riffelberg (2’585 mètres d’altitude)

La prochaine course de préparation aura lieu au début du mois de septembre. Il s’agira du marathon alpin de la Jungfrau.

 

A tout bientôt!

Publicités

Interview TEC 80 KM

Bonjour à tous!

William revient de Suède après avoir couru les 80 kilomètres du Taby Extreme Challenge (TEC). Il a couru les 80 km en 12 heures environ. Voici son ressenti après cette course.

 

Pourquoi avoir participé aux 80 kilomètres en Suède?

 

Cette compétition fait partie de ma préparation des 100 miles (160 km) que je souhaiterais courir l’année prochaine à la même période et sur le même parcours.

 

160 kilomètres en 2020?

 

Actuellement, je ne suis pas prêt à courir un 160 km. Je dois changer mon concept d’entraînement.

 

Quels changements pour y arriver?

 

Je vais courir plus que 3 fois par semaine mais à chaque fois des sorties plus longues. C’est-à-dire entre 3h30 et 4 h par sortie. En fait je dois courir plus lentement mais plus longtemps. N’oublions pas que courir 160 km c’est courir environs 28 heures non-stop.

 

Satisfait de la performance des 80 kilomètres?

 

Oui en prenons compte que c’était une course de préparation. L’organisation  a été parfaite notamment les ravitaillements et le marquage de l’itinéraire, surtout la nuit.

 

As-tu bu et mangé durant la course?

 

J’ai bu 1 litre de Coca Cola et un ½ litre de café sans oublier 3 sachets de Power Gel (gel énergétique). Impossible pour moi de manger du solide durant la course. Ceci pourrait être problématique lors des 100 miles (160 km).

 

Quelques jours de repos après ces 80 kilomètres?

 

Oui! 5 à 6 jours et ensuite je vais m’entraîner avec ce nouveau concept. Je suis planifié à courir les marathons de Zermatt, de la Jungfrau et de New York cette année.

 

Comme vous avez pu le remarquer, les photos manquent. Cela est dû au fait que le téléphone de William ne marchait plus en Suède. Néanmoins, des photos prises par des photographes présents durant la course seront sûrement bientôt disponibles.