Objectif: 100 kilomètres dans des conditions difficiles

montage papa
Pôle Nord 2014 et désert d’Atacama 2017

Après une longue absence, je vous partage un mot de William concernant sa situation côté sport en ce moment ainsi que son objectif de cette année.

Bonjour !
Voilà un mois que j’ai recommencé l’entraînement spécifique. Cette année, nous aurons un objectif : courir un 100 kilomètres dans des conditions difficiles. Le nom, le lieu et la date de cette épreuve vous seront dévoilés très prochainement.
Salutations sportives,
William

On vous donne rendez-vous bientôt sur le site et Facebook!
– Mélissa, attachée de presse

Publicités

Marathon Jungfrau 2017

Jungfrau_Marathon_Logo.svg.png

Le samedi 9 septembre 2017, je vais courir pour la 8ème fois le Marathon international de la Jungfrau.

Ce marathon a comme décor trois montagnes prestigieuses : l’Eiger, le Mönch et la Jungfrau. Sur les 42.195 kilomètres du parcours, il faudra grimper 1’823 mètres de dénivellation ! Le trajet de cette course a été proclamé comme un des plus beau du monde. Le Marathon de la Jungfrau est le dernier test avant mon départ en novembre pour le Chili (Marathon désertique le plus haut du monde dans le désert d’Atacama).

  • William

 

Assemblée générale de l’association LFT, Berne + Posez vos questions!

thumbnail_da3i0092
Mercredi 15 février, William a donné une conférence concernant ses expériences des Poles (marathon Pôle Nord 2014 et 100km Pôle Sud 2016).Devant une cinquantaine d’officiers, il a notamment souligné l’importance du mental durant les courses d’endurance.

 

Nous sommes en ce moment en pleine préparation de questions pour William concernant le marathon sur la lac gelé en Sibérie qui a lieu le 7 mars 2017. Pour la première fois nous vous proposons d’également envoyer vos questions. Elles seront ajoutées à « l’interview » et peut-être utilisées par les sponsors.

N’hésitez pas à laisser un commentaire avec votre question ci-dessous ou d’envoyer un e-mail à cette adresse: melissagargiullo@hotmail.com. Vous avez jusqu’au jeudi 23 février 2017. Un grand merci pour votre soutien!

-Mélissa, attachée de presse

Michael Wardian et le World Marathon Challenge

Big_Sur_Marathon_2014-2.jpg

 

Un gars super sympa, venant des Etats-Unis, avec qui j’ai couru le marathon du Pôle Nord en 2014 vient de gagner le World Marathon Challenge qui consiste à courir sept marathons en sept jours sur sept continents soit au total 295,365 kilomètres.

Il a couru les sept marathons en moins de trois heures ( 2h45 de moyenne). Bravo Michael et à bientôt je l’espère!
William

Site officiel de Michael Wardian

Site officiel du World Marathon Challenge

 

MARATHON DE ZERMATT – 2 JUILLET 2016

mountain

Chères lectrices, chers lecteurs,

Nous voilà à quelques jours du Marathon de Zermatt, un des plus beaux marathons de montagne du monde. Au pied du Cervin, nous allons gravir 42 kilomètres avec une dénivellation positive de 2000 mètres. Des entraînements dans les vignes du Lavaux (région lémanique) m’ont permis de me familiariser à nouveau avec les montées, grande caractéristique de Zermatt. J’ai également travaillé sur le tapis roulant avec inclinaison maximale. Loin est l’entraînement spécifique au plat pour les 100 kilomètres du Pôle Sud!

Le marathon de Zermatt, que je vais courir pour la 6ème fois, me permettra d’évaluer ma condition physique ; évaluation indispensable pour les objectifs 2017 (Marathon du Lac Baïkal en Russie – février et le marathon désertique le plus haut du monde au Chili- octobre). Pour la première fois, je vais courir la première partie de la course avec un ami coureur. En effet Jean Marc va se « greffer » à mon allure tout au moins lors des 20 premiers kilomètres et ensuite en principe il devrait prendre le large !

Tout en espérant que le temps sera clément car un marathon de montagne sous la pluie est plus difficile à cause du terrain glissant. Un compte rendu détaillé vous sera posté dès mon retour en plaine.

William

LES CINQ ENSEIGNEMENTS TIRES DES 100 KILOMETRES DE L’ANTARCTIQUE 2016

Bonjour à tous !

Voilà trois semaines que j’ai terminé les 100 kilomètres de l’Antarctique. Il est temps de vous dévoiler les enseignements de cette course d’endurance.

Tout d’abord, comme remarque liminaire, je souhaiterais vous transmettre ma conviction que seul je n’aurais jamais réalisé une performance pareille. C’est la réussite d’un team : ma famille qui a subit mes absences fréquentes, mon attachée de presse qui vous a informé tout au long de cette aventure, mes principaux partenaires qui ont témoigné une confiance totale, le personnel médical qui m’a conseillé à de nombreuses reprises et les amis et connaissances qui m’ont transmis de nombreux témoignages de soutien.

Enseignements

  • La performance est liée non pas à la personne mais à un groupe de personnes.
  • Le mental sans faille est la clé du succès, il fait complétement partie de la préparation.
  • La préparation physique, elle, doit être adaptée aux limites dictées par le corps.
  • Le respect et l’écoute de la nature doivent être omniprésents dans l’esprit.
  • La tactique de course doit être adaptée à sa condition physique.

 

« Il ne faut pas essayer de rajouter des années à sa vie mais plutôt essayer de rajouter de la vie à ses années ».

-William

Interview de William (31 Janvier 2016)

William vient de rentrer en Suisse et a eu la gentillesse de répondre à quelques unes de mes questions. J’espère que cet interview exclusif vous plaira et restez connecté sur Facebook et le site pour des nouveaux articles qui seront en ligne tout bientôt!

IMG_1635

(Photo: Quelques minutes avant les 100km)

1) Comment te sens-tu après ces 100km? Comment se passe ta phase de « récupération »?

Plutôt bien. Pas de courbatures ce qui est normal car nous avons couru sur de la neige glacée et non sur du bitume (référence les 100 km de Bienne en Suisse). Je vais malgré tout contrôler médicalement les hanches notamment afin de m’assurer qu’il n’y pas d’usure anormale. En ce qui concerne la phase de récupération, elle va durer environ deux mois et ensuite j’aurai trois mois pour préparer le marathon de Zermatt qui aura lieu au début de juillet 2016.

2) Concernant la course, quel moment était le plus dur mentalement? Et physiquement?

Pour dire la vérité au niveau mental, je n’ai eu aucun problème. Je m’étais bien préparé. Physiquement, les derniers 15 kilomètres ont été difficiles car mes jambes refusaient de courir et j’ai dû à plusieurs reprises entreprendre des portions du parcours par une marche rapide d’environ 6 km/h.
3) A quoi as-tu pensé lorsque tu as réalisé que tu étais deuxième? Comment as-tu géré la suite de la course à partir du moment où tu as dépassé deux des trois premiers?

Immédiatement j’ai pensé que je ne devais pas laisser passer cette opportunité de terminer sur le podium. J’ai pensé à la course sur la Muraille de Chine durant laquelle j’étais aussi pointé en 2ème position après 3 jours de course avant de me tromper de chemin et de terminer en 5ème position. Dès le 20ème kilomètre, j’ai été très bien informé de l’avance que j’avais sur le 2ème américain (David) ce qui m’a permis de doser mon effort durant toute la course et surtout d’être à l’écoute de mon corps et de prendre les bonnes décisions en cas de problème. Je dois avouer que durant les 10 derniers kilomètres, j’étais angoissé à la pensée que David revienne sur moi.
4) Aurais-tu voulu faire quelque chose autrement au niveau de ta préparation?

NON. Vraiment je suis très fier du concept que j’ai élaboré pour ma préparation qu’elle soit physique ou mentale.

5) Que tires-tu d’une expérience comme celle que tu as vécu? C’est-à-dire celle de courir 100km au Pôle Sud?

Pour moi cela a été fabuleux d’avoir pu courir sur les deux pôles ! L’enseignement principal que je tire de cette course des 100km les plus froids du monde dans l’Antarctique peut être résumé par le titre d’un film : EXPERIENCE NEVER GETS OLD ( l’expérience ne vieillit jamais). Personne attendait qu’un coureur de 61 ans puisse se hisser sur le podium…. Je n’étais même pas un outsider !

6) Vas-tu garder contact avec les autres coureurs?

Oui avec certains et sûrement avec Griff (1er du classement) avec qui j’ai eu des longues conversations. Il m’a impressionné par sa disponibilité, sa bonne humeur et sa modestie malgré le fait qu’il est l’un des rares coureurs d’avoir terminé la course à pied la plus dure du monde dans la Vallée de la mort (Californie) avec ses 217km à courir non-stop à plus de 40 degrés.

7) Quelle est ta prochaine course planifiée?

Comme je l’ai dis auparavant ; cela sera le Marathon de Zermatt au début de juillet et ensuite celui de la Jungfrau en Septembre. Ce sont deux marathons de montagne dans un décor splendide mais avec une dénivellation de 2’000 mètres.

8) Et pour finir… Un petit mot pour tous tes supporters (nombreux sur les réseaux sociaux d’ailleurs!) ?

Il n’y a pas de mot pour remercier ma famille, les partenaires, les supporters et mon attachée de presse ! Vous m’avez été d’un précieux appui moral et mental. Un chaleureux merci de m’avoir témoigné votre confiance.

 

IMG_1639

(Photo : Engin des neiges)

IMG_1631

(Photo: Logement de William)

IMG_1625

(Photo: Arrivée au Pôle Sud)

Attachée de presse: Mélissa Gargiullo

Informations concernant le Pôle Sud

Ces informations viennent de Wikipédia.

 

 

Le pôle Sud est le point le plus au sud de la surface de la Terre, diamétralement opposé au pôle Nord. Il est situé sur le continent Antarctique

Le pôle Sud géographique est situé sur le continent antarctique, sur un plateau glacé sans caractéristiques particulières à une altitude 2 835 m, à environ 360 km de la chaîne de la Reine-Maud et à 1 300 km de la mer la plus proche, au détroit de McMurdo. La calotte glaciaire serait épaisse de 2 700 m au pôle Sud : la surface terrestre sous la glace y est donc proche du niveau de la mer.

Les premiers êtres humains à atteindre le pôle Sud géographique sont les membres de l’expédition norvégienne conduite par Roald Amundsen, le 14 décembre 1911. Leurs concurrents dans la course au pôle Sud, cinq membres de l’expédition britannique Terra Nova conduite par l’officier de la Royal Navy, Robert Falcon Scott, atteignent le pôle un mois plus tard, le 17 janvier 1912 ; les membres de l’expédition britannique meurent tous de froid et de faim lors du trajet retour vers la côte du continent. Leur autre concurrent, le japonais Shirase Nobu, officier de la marine impériale, ne découvre qu’une partie de la Terre du Roi-Édouard-VII le 16 janvier 1912, devant réparer en Australie.

La première personne à avoir atteint le pôle Sud seul est Erling Kagge en 19921993, en 52 jours.

Pendant l’hiver austral, le pôle Sud est plongé dans la nuit polaire. Pendant l’été, le Soleil (bien que continuellement au-dessus de l’horizon) est toujours bas dans le ciel. De plus, la majeure partie de la lumière qui atteint la surface est réfléchie par la neige. Cette absence de chaleur prodiguée par le Soleil combinée avec la haute altitude du lieu (plus de 2 800 m au-dessus du niveau de la mer) font que le pôle Sud est l’un des endroits les plus froids sur Terre. Au milieu de l’été austral, fin décembre et début janvier, lorsque le soleil atteint sa hauteur maximale de 23,5°, la température moyenne du pôle Sud atteint environ -25 °C. Au moment où le Soleil passe au-dessus de l’horizon ou en dessous, la moyenne est de -45 °C. En plein hiver, la température reste constante et aux alentours de -65 °C. Le climat du pôle Sud est désertique et l’endroit ne reçoit quasiment aucune précipitations. L’humidité de l’air est presque nulle. Cependant, les vents violents peuvent transporter de la neige sur toute la région.

 

hj

Les 100 km les plus froids du monde – Antarctique / Pôle Sud

Parcours provisoire :

Antarctic%20Course

Le parcours est relativement plat mais recouvert de neige et de glace. L’altitude est de 700 mètres env et la température est située entre – 25 et – 20 degrés. Un des grandes difficultés est le vent (inexistant au Pôle Nord).